GalerieIntroductionAccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue, Invité! Nous espérons que votre séjour sur Asreyd sera agréable!
Vous arrivez en plan et vous ne savez pas quoi faire? Suivez l'Intrigue ICI!
Besoin d'un petit coup de main? Le Staff peut sûrement vous aider!
L'adresse du forum redirigera temporairement vers le Portail en attente de la création de notre nouvelle page d'accueil!
Pensez à passer par Le Fonctionnement du Forum ainsi que La Gestion du Personnage! Vous avez aussi le droit à un Cadeau de Bienvenue ICI!
Envie de nous contacter? C'est maintenant possible à cette adresse: feuardent@asreyd.com !

Partagez|

Arrivée de la méta souris la plus stupide d'Asreyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur
Message




avatar
Partisan(e) de Ventirnia,
Déesse des Airs
Partisan(e) de Ventirnia, Déesse des Airs
Féminin
Nombre de messages : 7
Localisation : Quelque part
Date d'inscription : 26/04/2011

Fiche de Citoyen d'Asreyd
Votre Argent: 0
Votre Jauge de Bonté:
5000/5000  (5000/5000)
Votre Élément:
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Arrivée de la méta souris la plus stupide d'Asreyd Mer 4 Mai - 13:15

Ipiutiminelle Rorodipa descendit du train. Sa valise pesait 100 kilos. Et se n'était que la première des trois valises qu'elle emmenait. Elle en baillait rien que d'y penser. Heureusement que les roulettes permettait d'aller plus vite, les autres voyageurs attendaient, exaspérés, qu'elle finisse de débarquer sur le quai de de gare. Quels regards cruches ! Elle arrêta de travailler un instant pour lisser sa jupe fendue et recoiffer sa belle chevelure noire, elle en profita pour corriger un peu son maquillage avant de recommencer son débarquement. Elle s'ennuyait
tellement qu'elle s'arrêta et compta les fanfreluches de son décolleté. Elle était vêtu d'un haut très décolleté et noir dont le décolleté était entouré de broderies or et elle portait une enfilades de colliers plutôt chers et tape à l'oeil. Sa jupe était fendue a droite ,elle était noire ornée de doré. Ipiutiminelle caressa brièvement sa broche porte bonheur en argent qui ornait sa poitrine en la suppliant intérieurement d’alléger le poids des valises. Un quart d'heure plus tard, elle finissait l'épuisant travail. Entre temps, le conducteur avait quitté son poste pour l'aider, afin d'être plus vite débarrassé de cette insupportable gamine. Elle s'arrêta au milieu du quai pour examiner ses ongles. Ils étaient un peu abîmer et elle déballa ses affaires au milieu du quai pour trouver le bon vernis à ongles. Elle le trouva au fond de la troisième valise. Elle s’aperçut alors que toutes les personnes présentes l'observai car le contenu des trois énormes valises était éparpillé autour d'elle. Sans s'occuper davantage des spectateurs elle se revernie les ongles et attendit que cela sèche ,tout ça au milieu du quai. Elle déplia une chaise en faisant attention à ses ongles, se qui n'est pas facile, et s'assit dessus. Elle se demanda *Pourquoi ils me regarde tous?*. Puis son esprit peu développé prit le relais et elle supposa qu'il la regardait car elle était belle et elle leur adressa un lumineux sourire, avant de sortir un petit miroir pour s'examiner * Quelle horreur ! J'ai l'air tellement vieille, avec des petites cernes ! Quelle horreur !*. Elle chercha dans ses bagages éparpillés sa crème anti-cernes. Elle en profita pour se repeigner totalement et brosser ses dents, puis elle se démaquilla, se remaquilla et chercha une veste acceptable pour cacher ses vêtements froissés. Elle fourra des brassées d'affaires dans ses valises. Puis elle regarda es chaussures et remarqua qu'elle avait mit des bottines noires, elle eut soudain envie de ballerines noires et elle déballa illico presto la totalité des valises sur le quai. Malheureusement les ballerines n'était pas cirées. Elle farfouilla dans le bazar dont elle avait inondé le quai pour trouver le petit pot de cirage et enfila une paire de gants blancs pour commencer à cirer les ballerines. Elle les enfila eu la désagréable sensation d'avoir ciré l’intérieur des chaussures, horrifiée elle découvrit l'exactitude de sa théorie. Elle les quitta immédiatement et jeta loin d'elle les petites chaussettes blanches qu'elle portait et qu'elle avait oublié d'enlever avant d'enfiler les chaussures, elle mit une paire de coûteux bas à leur place et chercha d'autre ballerines noires, envoyant valser la moitié des chaussures car elles étaient dorées. Elle trouva une paire de sandales noires, mais en voulant enlever ses bas, qui n'allait pas avec ses sandales, elle arracha une lanière de cuir. Comme une paire de sandales de plus ou de moins ,e faisait pas de différence dans ses bagages, elle les balança à la tête d'un passant qui se retourna brutalement, alors Ipiu se rependit en excuses et il cru avoir affaire à une malade mentale, voyant les affaires étalées autour d'elle. Son choix se porta sur sa deuxième paire de ballerine noires, elle héla un passant pour ranger sa valise ,qui au lieu de l'aider partit en éclatant de rire. *les gens sont des malotrus* songea Ipiu en enfilant les ballerines délicatement pour s'assurer que ses bas s'assortissait avec ses ballerines, c'était le cas, et cette constatation lui tira un sourire qui illumina son joli visage.
-Je peut vous aider ? demanda un jeune homme.
"Oui" s'empressa de répondre Ipiu.
Quelques minutes plus tard, elle s’aperçut que sa boite a bijoux et l'homme avaient disparu. Immédiatement, elle se mit à pleurer la disparition de ses colliers adorés, son mascara coula donc et elle se démaquilla en sanglotant, puis elle chercha sa boite à maquillage pour se refaire une beauté, aucune traces des six tubes de mascara ni des dizaines de crayons et d'ombres à paupières, encore moins de rouges à lèvres, simplement ses bijoux "Je suis contente de vous retrouvez, mes chéris !" Chuchota elle aux bijoux "Je pensais vous avoir perdu à tout jamais, j'ai du me tromper de boites en vous rangeant !". Puis, elle plaint profondément la disparition de son maquillage, elle aperçut alors des taches colorés réparties sur le quai. Se levant, elle reconnut son maquillage. "La boite était percée ! Je vous adore, mes chéris !" Cria elle au milieu du quai. Puis elle courut vers les tubes et boites toutes les couleurs qui étaient ouvertes sur le quai, donnant un curieux arc en ciel au milieu du quel Ipiu s’affairait. Quand elle réussit à réunir toutes ses affaires en un seul tas, elle commença remplir ses valise avec beaucoup de peine.


Arrivée de la méta souris la plus stupide d'Asreyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asreyd :: Hors RPG :: Archives du Forum :: Archives des RPs-
Sauter vers: